La vitamine B12 ou cobalamine est une vitamine hydrosoluble qui est importante dans les réactions enzymatiques, la formation normale du sang, la fonction neurale et le métabolisme des protéines, lipides et glucides. L’absorption de la vitamine B12 contenue dans les aliments requiert de nombreuses étapes. Dans l’estomac, les protéines animales relâchent de la cobalamine en présence d’acide gastrique et de pepsine. La vitamine se lie à une protéine R salivaire qui est digérée dans l’intestin grêle par des enzymes pancréatiques. Elle peut alors s’associer au facteur intrinsèque et est absorbée dans l’iléon terminal. Tout trouble, maladie ou médicament qui interrompt n’importe laquelle de ces étapes influencera ou empêchera l’absorption de la vitamine B12. La cobalamine est stockée dans le foie, les reins, le cœur, la rate et le cerveau. Les sources alimentaires de vitamine B12 sont les produits provenant d’animaux tels que la viande, les fruits de mer, les produits laitiers, les œufs, le foie, les reins et le poisson.

 

Quels sont les symptômes d’une carence en vitamine B12?

Les indications qui portent à considérer une carence en vitamine B12 sont : des symptômes neurologiques inexpliqués (paresthésie, engourdissements ou changements cognitifs), la fatigue, la perte de mémoire, une dépression grave ou une hausse inexpliquée du taux d’homocystéine. Une carence prolongée en vitamine B12 peut potentialiser les troubles mentaux, endommager les neurones et aggraver la sclérose en plaques. Un taux élevé d’homocystéine est un facteur de risque pour les maladies cardiovasculaire et cérébrovasculaire. On peut initialement soupçonner un faible taux de vitamine B12 lorsqu’un hémogramme (analyse des éléments du sang) révèle des taux anormaux. Ce diagnostic peut être confirmé en vérifiant le taux de vitamine B12 dans le sérum ou en effectuant un test de Schillings. Des faux négatifs (taux élevé de vitamine B12 en présence de carence) peuvent se produire chez les personnes atteintes d’une maladie auto-immune, d’une maladie du foie ou d’un lymphome. Un apport excessif en vitamine C, la grossesse, une carence en acide folique et un myélome multiple peuvent contribuer à de faux positifs (taux faible de vitamine B12 en l’absence d’une carence). Quel traitement est conseillé en cas de carence?

  1. Si la cause sous-jacente est un apport faible en aliments riches en vitamine B12 (végétaliens exclus), il faut consommer des sources adéquates de cobalamine.
  2. S’il existe une affection qui empêche l’absorption de la vitamine B12, un remplacement est requis. Dharmarajan et Norkus1 suggèrent :
    1. Une thérapie initiale de 1,000 microgrammes par voie intramusculaire (IM) chaque jour pour les premiers 3 à 7 jours, ensuite chaque semaine pour les 4 semaines qui suivent.
    2. Traitement d’entretien – votre médecin choisira un des traitements suivants :
      • 100 à 1,000 microgrammes par voie IM chaque mois
      • 1,000 microgrammes par voie IM tous les trois mois
      • 500 microgrammes par voie intranasale chaque semaine
      • 1,000 microgrammes par voie orale chaque jour

 

Quelles affections peuvent perturber l’absorption de la vitamine B12 alimentaire?

Affection ou condition

Causes de la carence

Absence de vitamine B12 dans la diète Diète végétalienne (à long terme); quantité insuffisante dans la diète d’aliments riches en vitamine B12
Quantité insuffisante du facteur intrinsèque Gastrectomie, anémie pernicieuse
Absorption intestinale inadéquate Pontage gastrique, chirurgie de l’intestin grêle (surtout de l’iléon), maladie dans l’iléon (maladie de Crohn, cancer), syndrome de l’intestin court, fistules
Mauvaise digestion des aliments Quantité d’acide gastrique réduite (>65 ans, cancer gastrique, infection à H. pylori)
Incapacité à digérer la protéine R salivaire Maladie pancréatique, insuffisance d’enzymes pancréatiques
Autres syndromes de malabsorption VIH, sclérose en plaques
Maladie congénitale Déficit en transcobalamine
Anomalies des récepteurs ou de la muqueuse Usage à long terme de certains médicaments tels les antagonistes des récepteurs H2, les inhibiteurs de la pompe à protons, la metformine, les antiacides
Fonction intestinale modifiée Prolifération bactérienne, APT à long terme, ver solitaire

 

Conclusion

La cobalamine (vitamine B12) est une vitamine essentielle qui joue de nombreux rôles dans le corps. Pour en connaître plus sur la carence en vitamine B12, consultez votre médecin.


Mary Flesher, Diététiste clinicienne, Hôpital Richmond
Publié pour la première fois dans le bulletin The Inside Tract® numéro 141 – Janvier/Février 2004
1. Dharmarajan, TS, Norkus, EP (2001). Approaches to vitamin B12 deficiency: Early treatment may prevent devastating complications. Postgrad Med, 110(1): 99-105.
2. Kuzminski, AM, Del Giacco, ET, Allen, RH, Stabler, SP, Lindenbaum, J (1998). Effective treatment of cobalamin deficiency with oral cobalamin. Blood, 92(4): 1191-1198.
3. Guidelines and Protocol Advisory Committee (2003). Investigation and management of vitamin B12 and folate deficiencies. Medical Services Commission and B. C. Medical Association.
4. Gottschlich, MM (2001). The science and practice of nutrition support: A case-based core curriculum. ASPEN, U. S. A.